Appel aux Dons pour Soutenir la Nation Navajo face au Covid-19

Appel aux Dons  pour Soutenir la Nation Navajo face au Covid-19

Ce lien, qui a été vérifié comme étant commandité par le gouvernement tribal Navajo, certifie que vous pouvez faire un don en toute sécurité :

https://www.ndoh.navajo-nsn.gov/COVID-19

 

Dernières nouvelles – Vendredi 24 avril 2020 :

Les nouveaux cas causés par COVID-19 pourraient s’aggraver au sein même de la nation Navajo.

Pendant l’épidémie de grippe porcine de 2009, les Amérindiens sont morts à un taux 4 à 5 fois plus élevé que tous les autres groupes raciaux et ethniques américains réunis.

Le 17 mars, lorsque la nation Navajo a vu son premier cas de COVID-19, les installations sanitaires limitées de la réserve commençaient. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’un cas se transforme en deux, puis en vingt. Depuis lors, les trois États situés dans les limites de la nation Navajo ont enregistré 1,360 cas de coronavirus positifs le jeudi 24 avril 2020. Un taux d’infection par habitant 10 fois plus élevé que celui de l’Arizona voisin et le 3ème taux d’infection le plus élevé du pays, derrière New York et le New Jersey. 52 personnes sont décédées, soit plus que dans 14 autres États.

Le ministère de la santé des Navajos, en coordination avec le centre d’épidémiologie des Navajos et le service de santé indien de la région des Navajos, a fourni une ventilation du nombre total de cas par sexe : 642 hommes et 718 femmes, avec une moyenne d’âge de 48 ans. Il y a un total de 6 473 résultats de tests négatifs.

Les hôpitaux de soins aigus et les cliniques externes prennent en charge les patients atteints de maladies respiratoires.  Avec 12 établissements de soins de santé sur une superficie de 27 000 miles carrés, il existe une prévalence de maladies chroniques découlant des affections sous-jacentes causées par le diabète et une réduction du système immunitaire.  Ceci expose la plus grande et la plus peuplée réserve des Etats-Unis, à faire face à une épidémie qui pourrait s’aggraver.

La communauté médicale ne sait pas si une personne acquiert une immunité durable contre les anticorps après la récupération du COVID-19. Certains hôpitaux disposent d’un approvisionnement régulier en équipements de protection individuelle et ne manquent pas de lits, mais une pénurie de 30% du personnel infirmier critique confirme que l’hôpital de Tuba City, en Arizona, par exemple, a déjà atteint sa capacité.

 

Une vie courante difficile :

 Une fillette de 8 ans se lave les mains dans une installation de lavage des mains au Center for American Indian Health (CAIH) de la Bloomberg School of Public Health, à l’université Johns Hopkins. Il en existe une autre à Chinle, où de nombreuses maisons n’ont pas accès à l’eau courante.

Jusqu’à présent, les hôpitaux des zones les plus touchées de la nation Navajo ont pu transférer leurs patients les plus critiques – ceux qui ont besoin d’une intubation et potentiellement de plusieurs semaines de soins – vers les grands hôpitaux des villes voisines comme Phoenix et Flagstaff. Mais les médecins craignent que si ces villes voient une augmentation du nombre de leurs propres patients, les transferts ne soient pas envisageables.

Les membres de la nation Navajo sont aujourd’hui confrontés à d’énormes disparités en matière de santé. La population devient vulnérable. Le médecin hygiéniste en chef, Loretta Christensen, qui traite les membres de la communauté Navajo au Service de santé des Indiens (HIS) du gouvernement fédéral, s’attend à une résurgence de nouveaux cas de coronavirus dans les deux à trois prochaines semaines.

Le président de la nation Navajo, Jonathan Nez, porte un masque chez lui à Window Rock, où il est en quarantaine depuis qu’il a appris que lui et le vice-président Myron Lizer ont été exposés à une personne atteinte de COVID-19.

Le public se conforme aux obligations données par le gouvernement Navajo : “Lavez-vous les mains pendant 20 secondes plusieurs fois par jour. Pour certains, il n’y a pas d’eau courante et ce schéma illustre la frustration et l’inquiétude de la population.

Lorsque les problèmes actuels se combinent à des conditions préexistantes dont souffre déjà la nation Navajo – telles que les maladies cardiaques, le diabète et l’obésité – les experts en santé publique craignent que la difficulté d’accéder aux besoins de base tels que la nourriture et l’eau n’exacerbe la crise.

 

Colère et frustration :

“Notre gouvernement fédéral, depuis la signature des traités à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, a rompu promesse après promesse”, a déclaré Allison Barlow, directrice de l’ACSI à la Bloomberg School de l’Université Johns Hopkins.

L’accumulation de ces promesses non tenues laisse les personnes vivant dans les réserves en grande difficulté.

Il y a un sous-financement chronique des systèmes et des infrastructures de santé, de l’électricité à la plomberie en passant par l’approvisionnement en eau. Tout cela enflamme l’épidémie de COVID-19.

CAIH, Center for American Indian Health et COPE, Community Outreach and Patient Empowerment, soutiennent les services de santé indiens par la recherche de contacts, et les deux organisations, qui fonctionnent uniquement grâce à des subventions, estiment que leurs coûts mensuels pour les activités de santé dans les réserves ont doublé pendant la pandémie.

Le gouvernement américain finance les soins de santé des tribus, comme convenu dans les traités historiques entre les États-Unis et les tribus indiennes, mais la nation Navajo – parmi d’autres nations tribales – a été confrontée à des retards paralysants dans la réception des fonds d’urgence.

Depuis que COVID-19 a commencé à balayer le pays indien il y a cinq semaines, la nation Navajo a dépensé 4 millions de dollars de ses propres coffres, a déclaré le président Jonathan Nez à NBC News.

Le président Nez a noté que les sources traditionnelles de revenus de la nation tribale, comme son casino et sa mine de charbon, ont été fermées à cause du virus.

Nez a déclaré que des fonds fédéraux avaient finalement commencé à être versés à la nation tribale au début du mois et que les installations d’IHS avaient reçu des “tests de réponse rapide” et des ventilateurs supplémentaires, mais a déclaré qu’elles avaient encore besoin d’aide.

“Ces fonds fédéraux qui ont été alloués par le Congrès et signés par le président sont de l’argent pour aider les citoyens américains”, a-t-il dit. “Et, vous savez, il semble juste alarmant que les citoyens de ce pays soient en quelque sorte relégués au second plan. “

 

Appel aux dons :

Jeudi 23 avril 2020, la nation Navajo a pris la décision sans précédent de lancer un appel public aux dons, demandant de l’argent ainsi que des fournitures telles que des masques, du désinfectant pour les mains et des thermomètres pour les travailleurs de la santé.

Vendredi, les 574 nations tribales avaient jusqu’à vendredi pour soumettre leurs demandes de fonds sur les 8 milliards de dollars qui ont été alloués aux tribus amérindiennes dans le cadre du plan de relance de mars contre les coronavirus, connu sous le nom de CARES Act. Les nations tribales ont été informées que ces fonds seront déboursés le vendredi 24 avril 2020.

 

Espoir :

“Nous sommes une nation souveraine, mais nous sommes sous la tutelle du gouvernement fédéral. Nous devons donc attendre que les décideurs soient capables de travailler ensemble et de convenir qu’il est temps d’aider la nation indienne”, a déclaré le vice-président de la nation Navajo, Myron Lizer.

Pour les prestataires de soins de santé, cela signifie espérer le meilleur et se préparer au pire.

“Ce que nous faisons, c’est élaborer des stratégies. Espérons que l’aplatissement de la courbe se produira pour que nous ne submergions personne dans les systèmes médicaux, mais si ce n’est pas le cas, planifions comme si nous devions continuer jusqu’en septembre prochain”.

 

Source: Membres de la Nation Navajo- Navajo Times

 

Merci pour nos ami.e.s Navajo et pour votre soutien.

 

Latest News – Friday of April 24, 2020:

New cases caused by COVID-19 may worsen within the Navajo Nation itself.

During the 2009 swine flu epidemic, Native Americans died at a rate 4 to 5 times more than all other American racial and ethnic groups combined.

On March 17, when the Navajo Nation saw its first case of COVID-19, the reservations’ limited sanitation facilities went into action. It didn’t take long for one case to turn into two and then 20. Since then, the three states within the Navajo Nation’s boundaries had 1,360 positive coronavirus cases on Monday, April 20, 2020. A per capita infection rate 10 times higher than that of neighboring Arizona and the 3rd highest infection rate in the country, behind New York and New Jersey. 52 people died, more than in 14 other states.

Acute care hospitals and outpatient clinics manage respiratory patients.  With 12 health care facilities in a 27,000 square mile area there exists a prevalence of chronic health conditions arising from the underlying conditions caused by diabetes and a reduction of the immune system exposes the largest and most populous reserve in the United States continues to face a potentially worsening epidemic.

The medical community doesn’t whether a person gains lasting immunity from antibodies after the recover COVID-19. There is a regular supply of personal protective equipment in some hospitals with no shortage of beds, but a 30% shortage of critical nursing staff confirms that the hospital in Tuba City, Arizona, for example, has already reached capacity.

An 8-year-old girl washes her hands in a handwashing facility at the Center for American Indian Health (CAIH) at the Bloomberg School of Public Health, Johns Hopkins University. There is another one in Chinle, where many houses do not have access to running water.

So far, hospitals in the worst-affected areas of the Navajo Nation have been able to transfer their most critical patients – those needing intubation and potentially weeks of care – to major hospitals in nearby cities like Phoenix and Flagstaff. But doctors fear that if these cities see an increase in their own local patient cases, then transfers may not be an option.

Members of the Navajo Nation now face a huge amount of health disparity. The population is becoming vulnerable. The Chief Medical Officer of Health, Loretta Christensen, who treats Navajo community members at the federal government’s Indian Health Service (HIS), expects a resurgence of new cases of coronavirus within the next two to three weeks.

Navajo Nation President Jonathan Nez wears a mask at home in Window Rock, where he has been in quarantine since he learned that he and Vice President Myron Lizer were exposed to someone with COVID-19.

The public is complying with the obligations given by the Navajo government: “Wash your hands for 20 seconds several times a day. For some, there is no running water and this pattern illustrates the frustration and concern of the population.

When current problems are combined with pre-existing conditions that already plague the Navajo Nation – such as heart disease, diabetes and obesity – public health experts fear that difficulty in accessing basic needs such as food and water may exacerbate the crisis.

 

Anger and frustration :

“Our federal government, since the signing of treaties in the late 19th and early 20th centuries, has broken promise after promise,” said Allison Barlow, director of the CAIH at the Bloomberg School of Johns Hopkins University.

The accumulation of these broken promises leaves people living on reserves in great difficulty.

There is chronic underfunding of health systems and infrastructure, from electricity to plumbing to water supply. All of this ignites the COVID-19 epidemic.

CAIH, Center for American Indian Health and COPE, Community Outreach and Patient Empowerment, support Indian health services through contact tracing, and the two organizations, which operate solely on grants and subsidies, estimate that their monthly costs for on-reserve health activities doubled during the pandemic.

The U.S. government funds tribal health care, as agreed to in historic treaties between U.S. and Indian tribes, but the Navajo Nation – among other tribal nations – faced crippling delays in receiving emergency funds.

Since COVID-19 began sweeping the Indian country five weeks ago, the Navajo Nation has spent $4 million from its own coffers, President Jonathan Nez told NBC News.

President Nez noted that the tribal nation’s traditional sources of income, such as its casino and coal mine, have been shut down because of the virus.

Nez said federal funds had finally started flowing to the tribal nation earlier this month and that IHS facilities had received “rapid response tests” and additional ventilators, but said they still needed help.

“These dollars that were allocated by Congress and signed into law by the president are money to help American citizens,” he said. ” And, you know, it just seems alarming that the primary citizens of this country are somehow being pushed into the background.

 

Call for donations:

On Thursday, the Navajo Nation made the unprecedented decision to launch a public appeal for donations, asking for money as well as supplies such as masks, hand sanitizer and thermometers for healthcare workers.

Friday marked the deadline for the 574 tribal nations to submit their requests for funds from the $8 billion that has been earmarked for American Indian tribes as part of the March coronavirus stimulus package known as the CARES Act. Tribal nations have been informed that these funds will be disbursed on Friday, April 24, 2020.

“We are a sovereign nation, but we are a ward of the federal government. So we have to wait until the decision makers are able to work together and agree that it is time to help the Indian nation,” said Navajo Nation Vice President Myron Lizer.

For health care providers, that means hoping for the best and preparing for the worst.

“What we’re doing is developing strategies. Let’s hope that the flattening of the curve happens so that we don’t overwhelm anybody in the medical systems, but if it doesn’t, let’s plan as if we have to keep going until next September.”

Thank you to all

Information from : Members – Brothers and Sisters of the Navajo Nation